Essai : BMW i3 – la bombe électrique et ses 170 ch

Essai : BMW i3 – la bombe électrique et ses 170 ch

Fraichement débarquée en concession, la BMW i3, premier véhicule de production 100% électrique du constructeur bavarois, est parvenue jusqu’à nous pour un essai électrisant. Après le test de la BMW Serie 4 Coupé, nous nous attaquons aujourd’hui à la BMW i3.

La BMW i3 :

A la croisée des chemins entre une citadine et un SUV, la BMW i3 est en quelque sorte un mini-crossover urbain électrique.  Cette petite bombe électrique est apparue pour la première fois en 2011 à Francfort, mais au stade de concept-car. Aujourd’hui, le concept-car laisse place à la réalité et inaugure le premier véhicule de la gamme i.

Concrètement, la i3 mesure 3.99 m de long, 1.775 m de large et 1.578 m de haut, son empattement atteint 2.570 de long. Cette citadine premium électrique est donc plus compacte que la Renault Zoé.

Essai BMW i3

Le petit gabarit de la BMW i3

Mais, par contre elle est plus légère que sa concurrente Renault. En effet, son poids culmine à 1 270 kg (1 390 kg avec le prolongateur d’autonomie).  Ce poids contenu s’explique par l’architecture du véhicule. En effet, deux modules superposés composent la citadine électrique premium. Le module Life (habitacle) est constitué à partir de fibre de carbone haute résistance et le module Drive (châssis) est composé d’aluminium. Ce dernier intègre également le moteur électrique, la batterie lithium-ion, le train roulant et le chauffage/refroidissement.

La grosse majorité du poids est donc compris dans le module drive (intégré au soubassement du véhicule), lui conférant ainsi un centre de gravité bas.

Le véhicule essayé : BMW i3 Urban Life et intérieur Loft à partir de 38 450 € (hors bonus écologique de 6 300 € pour 2014)

T’as le look coco :

Le design est loin des sentiers battus de BMW et ne fait apparemment pas l’unanimité. Enfin, tout cela reste quand même très subjectif et les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas (moi, personnellement, j’adore son style) !

Essai BMW i3

Look avant-gardiste de la BMW i3

Ce mini-SUV urbain se dote quand même des haricots de la calandre (signe distinctif des BMW), mais revêt un look assez avant-gardiste, qui peut déranger les puristes de la marque. Haute, alambiquée et compacte, la BMW i3 se pare d’une couleur bi-ton (le capot, le toit et le hayon sont de couleurs noires) et la belle revêt des nuances de bleu sur la calandre et les bas de caisse. Ce nouveau langage stylistique se retrouvera également sur la BMW i8 (hybride sportive rechargeable) prévue pour 2014.

Deux autres détails stylistiques nous interpellent : les grandes et fines roues (19 pouces de série ou 20 en option) et les portes antagonistes. Certes c’est chic, un bémol quand même subsiste. Les passagers arrière ne peuvent pas sortir directement du véhicule. En effet, le passager avant doit ouvrir préalablement sa propre porte pour pouvoir laisser sortir ses compatriotes placés à l’arrière du véhicule. Idem pour l’ouverture des portes arrière.

Essai BMW i3

Les portes antagonistes de la BMW i3

Habitacle :

A l’intérieur, la qualité, la modernité et le développement durable sont mis à l’honneur. L’élégance est bien au rendez-vous. 4 intérieurs sont disponibles : Atelier, Loft, Lodge et Suite.

Le volant gainé de cuir, le système de navigation, la caméra de stationnement arrière sont de série. Avec l’intérieur Lodge, on apprécie retrouver des matériaux naturels tels que des inserts décoratifs en bois d’eucalyptus et des sièges habillés de laine/cuir naturel etc. C’est joli et vraiment agréable au toucher.

Essai BMW i3

Intérieur Lodge de la BMW i3

Si vous voulez du cuir, il faudra se tourner vers l’intérieur Suite avec ses sièges composés de cuir naturel et sa planche de bord habillée de cuir.

Néanmoins, au vu du prix du véhicule, on pouvait s’attendre à un peu plus de luxe et à des meilleures finitions dans l’habitacle.

A bord, on se sent bien, zen, apaisé et l’habitacle spacieux y contribue fortement ! Les sièges sont confortables et de bonnes factures. Par contre, l’absence de boite de vitesse et le petit accoudoir central nécessite un temps d’adaptation pour bien positionner son bras droit (quand nos 2 mains ne sont pas sur le volant bien sûr).

A l’arrière, les 2 passagers arrière (et oui la voiture est une 4 places) ne se marchent pas dessus. Il y a suffisamment d’espace pour ne pas se sentir à l’étroit. Par contre, les grands-grands et les tout-petits peuvent se sentir lésés. En effet, respectivement la garde au toit (pour les grands) et la hauteur des sièges avant (pour les petits) peuvent poser problème. Rien de bien méchant non plus, rassurez-vous, mais il convenait de le signaler !

Essai BMW i3

Intérieur de la BMW i3

Le gros inconvénient est la capacité du coffre. Portée à 260 litres, vaut mieux ne pas se charger outre-mesure et éviter de faire les courses de Noël avec. Néanmoins, la banquette arrière est rabattable et permet d’atteindre un volume de 1 100 litres.

Essai BMW i3

Coffre de la BMW i3

En route l’artiste :

Ça y est on entre dans le vif du sujet. Une pression sur le bouton start et c’est parti, que la ballade commence ! À noter, il n’y a pas de boite de vitesse pour sélectionner le mode Drive. Cette dernière est remplacée par un sélecteur situé à droite derrière le volant. Une fois la voiture démarrée et le mode Drive enclenché, on décide d’avaler en douceur les premiers kilomètres. Le silence est d’or (aucune sonorité externe même sous la barre des 30 km/h pour avertir les piétons).

Essai BMW i3

Essai BMW i3

La voie est libre, on décide d’appuyer sur le champignon pour se donner une idée de la puissance de la titine. C’est bien entendu une propulsion et les 125 kW (soit 170 ch) du moteur électrique entrainent les roues arrière. Bonne nouvelle, les 170 ch sont bien au rendez-vous et l’ensemble du couple (250 Nm) est disponible immédiatement. La BMW i3 atteint rapidement les 100 km/h et ça fait plaisir ! L’exercice du 0 à 100 km/h est d’ailleurs plié en 7.2 secondes, ça va vite, très vite même. Quant à la V-Max, elle est limitée à 150 km/h, c’est largement suffisant !

Visualisez notre départ arrêté, le 0 à 100 km/h en moins de 8 secondes :

http://www.youtube.com/watch?v=cbCgK6x4JJ0

Essai BMW i3

Essai BMW i3 : à fond les ballons

L’autre bonne surprise, c’est la qualité du frein moteur. Le freinage est excellent. La pédale de frein ne nous a pratiquement pas servi (sauf freinage d’urgence), il suffit simplement de lever le pied sur l’accélérateur et d’anticiper la circulation pour ralentir. La seule action de décélération permet la récupération de l’énergie cinétique. D’ailleurs, les feux stop arrière s’allument automatiquement pour avertir les usagers qui nous suivent.

Essai BMW i3

Les feux stop s’allument pour avertir la décélération

Très bien adaptée pour la ville, la petite fusée est très maniable et les manœuvres ne sont plus un problème. En effet, le diamètre de braquage de 9.86 m permet de faire demi-tour très rapidement. Cependant, l’étroitesse des pneus se fait sentir dans la conduite, un temps d’adaptation est nécessaire pour bien la prendre en main. Autre détail, les amortisseurs sont fermes, il convient de bien anticiper les dos-d’âne pour éviter les surprises.

Essai BMW i3

Petites roues mais demi-tour facile

Découvrez notre Road Trip #2 sur les routes de Pignan (village à proximité de Montpellier) :

http://www.youtube.com/watch?v=R7mzOLGS3ds

Autonomie et recharge :

3 modes de conduite sont disponibles. Ces 3 modes modifient le couple disponible sur le véhicule, la force du frein moteur pour la récupération d’énergie et abaissent la vitesse maximale.

Le Mode Confort permet d’effectuer 140 km environ, toute la puissance est disponible. En mode ECO PRO, la vitesse maximale est limitée à 130 km/h et l’autonomie augmente de 20 km. Enfin, le dernier mode, ECO PRO +, abaisse la V-max à 90 km/h et coupe la climatisation (+ 20 km d’autonomie).

De plus, avec le système de navigation BMW i Connected-Drive vous indique l’autonomie restante du véhicule en fonction de la charge des batteries, de votre conduite, de la topographie de la route et des conditions de circulation. Vous retrouvez sur une carte le champs d’action de la BMW i3. En option, le GPS peut également vous indiquer les stations de recharge à proximité.

Le gros avantage de cette BMW i3, c’est que la voiture peut se recharger directement sur une prise domestique (de série). La durée d’une charge complète est d’environ 10H.

Essai BMW i3

Mini coffre pour entreposer le câble de recharge

La BMW i3 peut également se charger sur borne de recharge publique et sur wall-box (en option, facturée à 850 € hors pose pour une charge complète en 4H30 environ).

La fonction de charge rapide (en option) permet de recharger les batteries à 80% en 30 minutes.

Le REx :

En option (4 700 €), BMW propose le Range Extender. En quelques mots, le Rex est un prolongateur d’autonomie et permet au à la BMW i3 d’afficher une autonomie totale de 300 km environ.

La BMW intègre un bicylindre thermique de 650 cm3 (issu d’un scooter de la marque) de 34 ch et un réservoir de 9 litres. Ce moteur, assimilé à un générateur, va produire de l’électricité pour alimenter la batterie. La crainte de la panne sèche est donc dissipée, il suffit juste de remplir d’essence le réservoir de 9 litres et de poursuivre sa route en toute sérénité. Néanmoins, une fois le Rex enclenché, la V-max est de 110 km/h.

Nous aurions aimé vous parler davantage de cette option, mais malheureusement le véhicule testé était dépourvu du Rex. Peut-être lors d’un prochain essai …

Conclusion :

La BMW i3 débute au prix de 34 990 € (hors bonus écologique de 6 300 € en 2014). A l’inverse de la Renault Zoé (20 800 € + location des batteries à partir de 79 €), le prix inclus les batteries (garanties 8 ans ou 100 000 km).

La BMW i3 se positionne en tant que citadine électrique premium, mais souffre toujours du problème persistant des véhicules électriques : l’autonomie. Néanmoins, BMW propose en option le prolongateur d’autonomie pour éviter la panne sèche. Cette option est tout de même facturée 4 700 €. La note grimpe vite si en plus on ajoute l’intérieur Lodge (le plus réussi selon la rédaction) facturé à 2 000 €.

L’avantage incontestable est que la BMW i3 est livrée avec un câble de recharge universel, qui peut se brancher sur des prises domestiques classiques. La pose d’une Wall-box à son domicile est donc optionnelle. Cependant, la Wall-box permet de raccourcir le temps de recharge de la BMW i3.

Les + :

  • Agréable à conduire
  • Dynamique avec ses 170 ch
  • Le câble de recharge universel
  • Look avant-gardiste
  • Véhicule léger

Les – :

  • Petit coffre
  • La note est salée avec les options (Rex+ Intérieur Lodge = 6 700€)
  • Fermeté des suspensions
  • Manque de luxe dans l’habitacle suivant l’intérieur choisi

Merci au Groupe GRIM – concessionnaire BMW sur Montpellier et sa région – À bientôt pour un prochain essai.

2 commentaires

  • Enfin un modèle électrique de bmw ! c’est vrai que son design change assez, l’ouverture des portes est assez originale

  • Elle a beaucoup de charme cette voiture électrique et avec le bonus écologique le tarif est correct pour une BMW. Ça peut être une candidate de choix pour les parcs automobiles de grosses entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :