L’application du cycle WLTP officiellement repoussée à septembre 2019

L’application du cycle WLTP officiellement repoussée à septembre 2019

Le club Agora Flottes Automobile organisait un débat-club sur le thème de l’impact du cycle WLTP sur les flottes. L’occasion d’officialiser le report de la prise en compte des valeurs CO2 des véhicules selon le cycle WLTP.

L’entrée en vigueur du cycle WLTP suscite de nombreuses réactions et inquiétudes dont ne sont pas exempts les gestionnaires de flottes. C’est dans ce contexte que le Club Agora Flottes Automobiles a placé cette problématique au cœur de son dernier débat-club. Celui ci se tenait hier soir au salon des Arts et Métiers en présence des gestionnaires de flottes membres. Avec, comme intervenants, Stéphane Crasnier, CEO d’Alphabet France, et Sébastien Forget, chef du service marketing produit chez BMW France.

 

Ce dernier a officialisé le report de la prise en compte des niveaux de CO2 selon le cycle WLTP dans la taxation des véhicules neufs. En cause : une adaptation plus longue que prévu du système d’immatriculation des véhicules (SIV). « L’Etat n’est en fait pas prêt à recevoir la masse d’informations que requiert la nouvelle homologation WLTP « , a résumé Sébastien Forget.

Un report à l’horizon 2021 ?

Alors que, lors du cycle NEDC, le grammage d’un véhicule se basait uniquement sur les trois paramètres qu’étaient le moteur, la boîte et la transmission. Avec WLTP, la donne s’est sévèrement compliquée. Chaque équipement influe sur le grammage de CO2. . Cela qui signifie qu’à chaque configuration d’un même véhicule correspond donc un gramme personnalisé, attaché au certificat de conformité électronique. « L’Etat n’est pour le moment pas capable de sortir tous les CO2, donc de délivrer ce certificat de conformité électronique attaché au châssis du véhicule, et donc, in fine, d’immatriculer le véhicule selon le cycle WLTP », explique le chef du service marketing produit chez BMW France.

Si, officiellement, la prise en compte du grammage selon le cycle WLTP interviendrait finalement en septembre 2019. Pour certains, les données NEDC corrélées pourraient cependant continuer à servir de base jusqu’en 2021. Afin  d’éviter un chamboulement trop brusque du marché et laisser aux constructeurs le temps de s’adapter. Et, peut-être, obtenir de présenter une gamme de véhicules électriques plus importante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

Un répit salutaire pour constructeurs et automobilistes

 

Un répit bienvenu pour les constructeurs qui pourront communiquer plus longtemps sur le grammage en CO2 de leur véhicule sur la base du cycle NEDC corrélé. Ce qui ne les exonère cependant pas de devoir homologuer leurs modèles sur le cycle WLTP. Celui ci sert de référence au NEDC corrélé, sous peine d’arrêt de commercialisation. Les automobilistes français trouvent aussi leur compte dans ce report à l’heure où règne le flou sur la fiscalité.

 

Le report de la prise en compte du cycle WLTP dans la fixation du niveau de CO2 des véhicules neufs permettrait de prendre connaissance en amont de la modification du barème de bonus-malus. Modification qui doit être connue lors de la prochaine loi de finance, votée à la fin de l’année. En attendant, le ministère de la Transition écologique et solidaire a indiqué vouloir adapter les différents barèmes en vigueur avec un objectif : que les nouveaux barèmes WLTP n’alourdissent pas la fiscalité.
A suivre..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :