Véhicules autonomes : la filiale de Google en tête, Apple à la ramasse

Véhicules autonomes : la filiale de Google en tête, Apple à la ramasse

En Californie où se situe la Silicon Valley avec les plus grandes entreprises innovantes, l’Etat à mit en ligne à l’aide du Department of Motor Vehicles (DMV) de Californie les résultats des enseignes les plus influentes sur les véhicules autonomes. En outre, ces résultats concernent les « désengagements » des entreprises du secteur. Focus sur ces données.

Un service en progrès bourré d’obstacles

Tout d’abord, qu’est-ce que le terme de « désengagements » de voiture autonome ? Tout simplement, c’est la reprise en main de votre voiture par son opérateur de sécurité lorsque vous avez un dysfonctionnement du système. Ces résultats vont alors mesurer la progression mais aussi la qualité dans le temps de ces nouvelles technologies qui ne cessent de s’accroitre. C’est bien beau d’avoir une technologie 2.0 mais bien mieux s’il y a un service de reprise en cas de pépin.

« Désengagements » des enseignes concernant les véhicules autonomes en 2018 par 1000 miles, soit 1600 km

Afin de vous aider à interpréter ce graphique, sachez que plus le nombre est petit, moins il y a de dysfonctionnement sur la technologie générée par les marques. Sur une distance de 1600 km, Apple a fait état de 871 désengagements cette année. De quoi s’interroger sur leur qualité d’équipement…

La filiale de Google, Waymo est leader inconstée avec 0.09 désengagements sur 1600 kilomètres suivi de Cruise, filiale de Général Motors avec 0.19 désengagement. Ce titre destiné pour Google n’est pas hasard. En effet, le géant américain a démarré ses tests expérimentaux bien avant tout le monde à la fin des années 2000.

Des constructeurs automobiles en retard

Ensuite, si Général Motors est seul en tête des constructeurs automobiles, c’est dû au rachat de Cruise. Cependant, pour les concurrents du secteur, les résultats ne sont pas à la fête. Avec 683 désengagements sur 1600 kilomètres, Mercedes est le pire dans ce domaine. Idem pour Honda avec 450 désengagements, Toyota (394) et la marque Allemande BMW (219). En revanche, notons les résultats plus que correcte de Nissan avec 4.75 désengagements pour 1600 km.

On oublie souvent mais on ne parle pas assez des groupes qui ont une forte influence et qui possèdent des licences mais qui n’ont malgré tout pas réalisées de tests expérimentaux en 2018. On peut y retrouver : Ford, Volkswagen, Bosch ou encore Continental. Quant à Uber, spécialisé dans le VTC, sa licence a expiré début 2018.

Les groupes technologiques bien placés

Enfin, NVIDIA, fabricant de semi-conducteur se débrouille. En effet, il se place en 10ème position, derrière les tauliers avec 77 désengagements. L’avantage étant que cette enseigne n’est pas une spécialiste du secteur mais bel et bien l’informatique. Finalement, ils sont ici car ils veulent tester les composants des véhicules autonomes. Ensuite, un deuxième fait encore mieux : il s’agit de Baidu, société chinoise qui enregistre 4.9 désengagements pour 1600 km, 5 fois moins que l’an passé. Enfin, comme énoncé Google et Apple, premier et bon dernier. Pour Google c’est 9600 fois moins de reprises de contrôle des équipements de voiture autonomes que son concurrent direct Apple. De fait, ces disparités se justifient par l’expériences des entreprises dans le domaine automobile et au temps passé sur les routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Specialist-Auto.fr utilisera les informations que vous fournissez dans ce formulaire pour vous contacter et fournir des mises à jour et des informations.
%d blogueurs aiment cette page :